À perte de vie (Jean Mambrino)

Arbrealettres


À perte de vie une égarée sent la tristesse
qui la poursuit au fil du labyrinthe
sur ses traces mortelles; et soudain renonce
à retrouver l’origine et l’or de son nom.
Mais le labyrinthe est construit à ciel ouvert,
d’où fusent des yeux de rosée qui étincellent
sur les herbes et les pierres, illuminant
un sentier minuscule vers la Jubilation.

(Jean Mambrino)


Illustration: Gilbert Garcin

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s