IRLANDE (Paul Auster)

Arbrealettres


IRLANDE

Saturée de tourbe, abandonnée à la lande, toi,
toi, la plus nue, qui baignes dans l’obscurité
de la gorge profonde de vert
envahie, du lit de grisaille
que mon fantôme
a dérobé aux bouches
des pierres — accorde-moi le silence
pour endosser les ailes des corneilles, permets-moi
de passer à nouveau par ici
et de respirer l’air lourdement chargé
qui fait toujours commerce de ta honte,
donne-moi le droit de te détruire
sur la langue qui empale
notre moisson, ces hectares de froid
sans merci.

(Paul Auster)

Illustration: Josiane Moïmont

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s