Les traces cessent dans le grand vide (Chih Yü) — Arbrealettres

À quatre-vingt-cinq ans Bouddhas et Patriarches connais pas Les bras ballants, partant simplement Les traces cessent dans le grand vide * (Chih Yü)

via Les traces cessent dans le grand vide (Chih Yü) — Arbrealettres

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s