Il n’y a plus ni rose ni visage (Jean Joubert)

Arbrealettres


Il
n’y
a
plus
ni
rose
ni
visage

Vitrail saisi par l’ombre d’une main

et la robe toujours
est silence et veuvage

Si transparent fut le matin
si nu le bras dans ses roseaux de rêve
que j’y voyais louange de lumière
courant de beauté droite entre les seins
église rose et grâce du jardin

(Jean Joubert)

Voir chez Filamots un article sur Jean-Joubert: ici

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s